Posted on

Les meilleures plantes à faire pousser dans vos jardinières

Engin_Akyurt/pixabay.com

A présente, nous avons beaucoup abordé les différentes choses dont vous aurez besoin avant de mettre en place votre jardin. Vous devez déterminer la quantité d’eau et le type de terre dont vous aurez besoin pour supporter la croissance des plantes. Nous avons passé du temps à décrire les différents pots que vous pouvez utiliser ainsi que la meilleure saison de production que vous puissiez choisir pour chacune des plantes que vous voulez faire pousser. Néanmoins, la question que beaucoup de personnes vont se poser lorsqu’elles vont débuter avec le jardinage en pots concerne les plantes qu’elles devraient choisir.

Les plantes que vous voulez

Le plus important pour vous est de planter les fruits et légumes que vous voulez manger. Bien que nous n’aborderons que les plantes les plus adaptées au jardinage en pots, vous êtes la personne qui mangera la récolte, ainsi si vous n’aimez pas l’une des plantes qui suit, ou si vous souhaitez une plante qui n’est pas abordée ici, vous pouvez toujours la choisir. L’avantage d’avoir votre propre jardin est que vous pouvez choisir quelles plantes vous voulez faire pousser. Si vous avez une plante préférée que vous utilisez beaucoup, ou si vous avez une plante difficile à trouver dans les magasins proches, considérez de faire pousser ces plantes pour votre consommation personnelle. Amusez-vous et choisissez les plantes qui vous parlent le plus.

Salades et autres légumes-feuilles

Les salades et les légumes-feuilles font partie des meilleurs légumes que vous puissiez utiliser avec le jardinage en pots car ils poussent rapidement et ils ne nécessitent pas beaucoup d’espace. Vous pouvez choisir la taille de pot que vous souhaitez et si vous les taillez durant l’été, ils peuvent produire en permanence. Pour faire pousser des légumes-feuilles, vous devez juste semer quelques graines dans la terre en vous assurant qu’elles ne soient pas recouvertes car la plupart de ces graines ont besoin d’assez de lumière pour germer. Gardez la terre humide avec une technique d’aspersion et si vous utilisez un bac, couvrez-le avec du plastique pour maintenir l’humidité à l’intérieur. Pour la récolte, vous devez simplement couper quelques-unes des feuilles supérieures des plantes ou juste choisir quelques feuilles selon vos besoins et la plante poursuivra sa croissance. La plupart des salades n’ont besoin que de 50 jours pour arriver à maturité, ensuite vous pouvez les replanter plus tard durant l’été.

Tomates

Les tomates sont des plantes populaires à cultiver et la plupart du temps vous voudrez vous limiter aux tomates cerises car elles ne prendront pas autant d’espace que les autres. Néanmoins, si vous avez une espèce préférée, vous pouvez choisir un autre type de tomates, assurez-vous simplement d’avoir assez d’espace pour chaque plante.

Si vous travaillez avec des jardinières, commencez avec des paniers suspendus. Ces pots suspendus vous feront gagner de la place sur votre porche et la plupart des petites espèces de tomates poussent très bien dans ces paniers. Vous pouvez avoir plusieurs plants et obtenir beaucoup de tomates à déguster durant tout l’été. Les tomates sont une très bonne plante pour les débutants car elles n’ont pas besoin d’être surveillées constamment. Elles peuvent s’épanouir même si vous lez oubliez, tant que vous vous assurez qu’elles aient beaucoup de soleil.

Carottes

Les carottes sont un autre légume qui poussent bien en pot car vous n’avez pas besoin de beaucoup d’effort ou de compétence pour les cultiver et elles vous donneront tout de même une bonne récolte à déguster. De plus, si vous avez des enfants, vous pouvez envisager d’avoir plusieurs variétés puisqu’elles peuvent être de couleurs différentes. Les carottes offrent de nombreuses options de toutes tailles et caractéristiques. Une idée amusant est d’avoir la variété kaléidoscope car elle contient un mélange de graines de carottes oranges, jaunes et blanches que vous enfants aimeront beaucoup.

Radis

Les radis sont souvent négligés dans les jardins néanmoins ils sont très adaptés pour les salades et autres accompagnement. Vous découvrirez que même dans un petit pot, les radis pousseront très vite. Vous avez juste besoin de disperser quelques graines dans un pot qui contient beaucoup de terre et de vous assurez que le pot fasse au moins quinze centimètres de profondeur. Les radis peuvent pousser sous une ombre partiel ou en plein soleil. Assurez-vous de toujours arroser les radis avant que le sol ne commence à sécher et vous pourrez avoir des radis en moins d’un mois.

Concombres

Vous découvrirez que la plupart des variétés de concombres peuvent pousser très bien dans ces jardinières car les concombres aiment les sols chauds présents dans celles-ci, et il aiment beaucoup de soleil. La variété de concombre buisson aura une forme arrondie de buisson qui est parfaite pour une culture en pot comparé aux types qui pousseront sous la forme d’une plante grimpante.

Vous remarquerez que les concombres pousseront assez rapidement et qu’une plante peut vous donner de nombreux concombres, que vous pourrez également stocker à la fin de l’année. Ces plantes sont très résistantes contre les maladies et sont parfaites pour les petits espaces ainsi, il est très pratique de les faire pousser dans des petites jardinières. Tant que vous les arrosez régulièrement et qu’ils ont beaucoup de soleil, vous verrez que les concombres auront une croissance fulgurante et vous aurez une récolte très importante.

Autres plantes à faire pousser

Les options ci-dessus ne représentent qu’une partie des différentes plantes que vous pouvez cultiver dans votre jardin mais il existe de nombreuses autres options parmi lesquelles vous pouvez choisir. Certaines de ces autres options qui poussent très bien des dans des jardinières incluent :

  • Les haricots : les variétés buissons sont mieux, en particulier si vous pouvez conserver un treillis tout autour pour les espèces grimpantes.
  • Les betteraves : certaines variétés de betteraves pousseront bien et les plus petites d’entre elles prospéreront même dans des pots de petite taille. Vous les apprécierez vraiment lorsque vous les récolterez et les inclurez à vos repas.
  • Les crucifères : ces crucifères incluent des options telles que les brocolis, les choux-raves, les choux de Bruxelles, les choux-frisés, les choux-fleurs et les choux. Ils pousseront très bien dans ces pots du moment que vous vous assurez qu’ils soient assez gros pour ces plantes.
  • Les aubergines : la forme compacte et les feuilles sont parfaites pour le jardinage en pots.
  • Les oignons : vous découvrirez que les oignons verts pousseront très bien dans les jardinières. Vous pouvez également faire pousser des oignons pour avoir les bulbes mais pour cela assurez-vous que vous ayez assez d’espace pour qu’ils poussent.
  • Les poivrons : vous découvrirez que tous les types de poivrons pousseront bien dans des jardinières mais choisissez un pot assez grand car ils ont besoin de beaucoup d’espace pour croître.

Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreuses plantes que vous pourrez cultiver lorsque vous choisirez les fruits et légumes que vous voulez faire pousser dans vos jardinières. Plantez-en quelques-unes seulement et vous serez sûrs d’avoir beaucoup de légumes durant toute l’année et que votre jardin produira bien.

Posted on

Cuisiner pratiquement cru : comment ?

RitaE/pixabay.com

Préparer un repas cru peut être facile ET rapide. Mais si. Évidemment, vous pouvez investir dans un déshydrateur, mais il vous est tout à fait possible de vous en passer et de tout de même profiter des bienfaits d’une alimentation crue.

Prenez la peine de calculer le temps réellement passé à préparer un repas cru : peler les légumes, éplucher les fruits et les couper en tranches pour les servir dans un saladier… Ou même mixer un smoothie, ou casser quelques coquilles de noix.

Comparez cette durée au temps effectif passé en cuisine lors de la préparation d’un repas cuit (ou à attendre le livreur de pizza).

Ajoutez le temps qu’il faut à l’eau d’une casserole pour arriver à ébullition, au four pour arriver à la bonne température…

Vous auriez eu largement le temps de préparer un repas cru.

Même partiellement suivie, une diète à base d’aliments crus est très bénéfique et riche en satisfactions immédiates.

Manger des aliments crus vous aide à vivre plus longtemps, en meilleure santé. Adopter une alimentation crue va améliorer le fonctionnement de votre système immunitaire, diminuer les douleurs dues aux inflammations et vous procurer une quantité élevée d’antioxydants, ces mêmes antioxydants qui protègent votre organisme des dégâts causés par les radicaux libres.

Manger cru va diminuer votre vulnérabilité aux maladies courantes comme le rhume ou la grippe. Consommer régulièrement des aliments crus va aussi réduire le risque que vous développiez certains cancers, certaines maladies cardiaques et permettre d’éloigner les risques de diabète de type 2.

Enfin, améliorer la qualité de votre nutrition augmente votre espérance de vie. Il n’est pas obligatoire de ne manger QUE des aliments crus pour en récolter les bienfaits. Manger cru n’a pas à être une décision irrévocable et contraignante au quotidien. Envisagez plutôt le fait de manger cru comme une possibilité, une proportion d’aliments à essayer de respecter pendant votre journée.

Chaque repas cru, grignotage ou repas cru ajouté à votre journée vous sera bénéfique. Plus vous consommerez d’aliments crus et mieux vous vous sentirez. Plus vous mangerez cru et plus votre vie sera longue et exempte de maladie.

On imagine facilement pourquoi manger cru recueille un tel enthousiasme. Quel autre choix de vie offre de telles promesses ? Vous donne une plus grande récompense ?

Peu importe vos connaissances et votre budget, manger cru vous conviendra parfaitement.

Cette lecture va vous permettre de faire de l’alimentation crue, une solution plus rapide, plus facile et plus abordable.

Les aliments crus vous apportent des calories provenant d’ingrédients frais, naturels, de grande qualité. Choisissez de préférence des fruits, des légumes, des noix et des graines provenant de cultures biologiques ou raisonnées.

Évidemment, manger cru n’est pas forcément la solution la moins onéreuse pour vous alimenter. Inutile de rappeler que manger cru peut prendre plus de temps et coûter plus cher qu’un régime composé de plats préparés à réchauffer au four à micro-ondes.

Ceci dit, les avantages incomparables pour votre santé,que vous allez très vite expérimenter, vous feront vite oublier les efforts supplémentaires demandés et le budget légèrement élevé.

Il existe des solutions intelligentes pour réduire le coût d’achat des aliments crus, ainsi que des stratégies efficaces pour réduire leur temps de préparation.

Voici une liste à laquelle vous référer lorsque vous voudrez améliorer vos stratégies d’achat et de préparation de vos aliments crus:

  • Achetez en vrac. C’est ma solution de prédilection pour réduire le coût d’achat des noix, des graines, des fruits secs, des épices, et de nombreux autres articles destinés à être conservés.Les acheter en vrac, soit chez des grossistes de produits biologiques, soit dans les bacs de produits en vrac des magasins d’aliments biologiques, ou encore chez des détaillants en ligne en profitant des nombreuses promotions.
  • N’achetez PAS en vrac. Oui, c’est contradictoire. Mais je vous propose d’essayez d’acheter la juste quantité de ce dont vous avez besoin et rien de plus. Si vous avez besoin de 3 carottes, par exemple, il n’est pas nécessaire d’en acheter 1 kilo. Choisissez, pesez, payez. Point.
    Utilisez les bacs de produits en vrac de la même manière, en achetant uniquement ce que vous savez avec certitude que vous allez manger.
  • Privilégiez les produits de saison. Les fruits et légumes frais sont souvent moins chers lorsqu’ils sont “de saison” que lorsqu’ils sont produits au bout du monde et arrivent chez nous par avion (pas toujours… mais ça n’est tout de même pas une bonne raison pour les acheter).
  • Les promotions, les fins de marché de petits producteurs. Avec la guerre des prix qui fait toujours rage et les effets de la crise, les réductions deviennent quotidienne ici ou ailleurs. Guettez les promotions et les remises chez les producteurs locaux, les épiceries fines et autres plateaux de fin de marché à prix coûtant.
  • Planifiez vos repas à l’avance. Choisissez vos repas et vos recettes dès le début de la semaine. Puis créez un calendrier pour leur préparation. Notez les ingrédients nécessaires, les temps de déshydratation, les temps de trempage, ou les autres préparations spécifiques associées à votre recette. Organisez les étapes de votre semaine en fonction de ces préparations.
  • Lorsque vous expérimentez une recette pour la première fois, notez ce que vous devez préparer à l’avance, comme le trempage des noix, par exemple. La plupart des recettes sont réalisables rapidement si les ingrédients de base sont prêts et que vous les avez sous la main.
    Une fois vos préparations préalables terminées, sortez simplement les ustensiles de cuisine dont vous avez besoin et préparez le plat. Si tous les ingrédients sont déjà prêts, confectionner votre repas ne vous prendra que quelques minutes.
    Je préconise de commencer par programmer des repas récurrents, qui reviennent chaque semaine, comme par exemple le plat préféré de vos enfants tous les mercredis à midi.
    Non seulement vous allez reposer votre esprit, mais ce rendez-vous hebdomadaire vous fera expérimenter tous les effets positifs d’une bonne organisation.
  • Préparez vos repas à l’avance. Prendre de l’avance sur la préparation de certains ingrédients peut vous faire économiser de nombreuses heures au moment où vous en avez le plus besoin. La plupart de plats crus se conservent et vous pouvez donc facilement préparer de la nourriture pour plusieurs jours en une seule fois plutôt que de cuisiner tous les jours.
  • Pensez à en préparer plus. Doublez ou triplez les quantités de vos recettes afin d’en avoir assez pour le déjeuner, pouvoir avoir des restes pour le dîner ou le lendemain et même durant le reste de votre semaine.
  • Plantez un potager et des arbres fruitiers. Même sans avoir la main verte, c’est la meilleure façon de vous assurer de la qualité de vos fruits, légumes et herbes aromatiques.
  • Lancez vous dans la germination. Renseignez-vous sur la façon de faire vous-même germer vos graines : de nombreuses informations sont disponibles en ligne.
  • Privilégiez le petit-déjeuner. Le petit déjeuner est le repas cru le plus facile à préparer. Un smoothie, un bol de céréales ou de la bouillie de chia et voilà tout ! Pour le déjeuner, mangez les restes du repas de la veille. Une salade ou une soupe seront d’excellents choix de dîner.
  • Simplifiez. Vos repas n’ont pas vocation à être des démonstrations gastronomiques. Les fruits et les légumes font d’excellentes collations.
  • Changez ! Assurez-vous de prendre en compte les possibilités de substitution. Soit parce les propositions de fin de recette vont vous convaincre, soit parce que vous avez pensé à une alternative plus économique ou plus simple.
    Si une recette vous parait longue à préparer et que vous souhaitez gagner du temps, cherchez les conseils pour accélérer le temps de préparation par (éventuellement) la cuisson ou innovez par vous-même !
    L’expérimentation est le plus grand plaisir de la cuisine… En cuisine crue aussi, évidemment !
Posted on

Quelques recettes saines et gourmandes pour bien manger sans prendre du poids

zuzyusa/pixabay.com

Boire des jus frais et des tisanes c’est bien mais cela ne suffit pas pour être en forme et en bonne santé. Pour cela il faut aussi s’alimenter, alors voici quelques recettes saines et gourmandes, faciles et rapides pour vous donner des idées.

Pâtes aux crevettes et aux herbes aromatiques

Un petit plat “santé” simple et rapide à réaliser.

Ingrédients: 250 g pâtes, 3 gousses d’ail, huile d’olive, herbes aromatiques (sarriette, origan, basilic), un peu de cannelle, jus d’1/2 citron, 2-3 cuillères de crème fraîche, poivre, persil finement coupé, 400g de crevettes décortiquées.

Méthode: Mettez les pâtes dans une casserole avec de l’eau salée bouillante. Laissez cuire 10 minutes, ensuite égouttez-les et rincez-les à l’eau froide en mélangeant. Dans une poêle faites chauffer l’huile et incorporez les crevettes. Retournez-les après 5 minutes et ensuite jetez l’huile. Ajoutez les herbes et l’ail finement coupé. Laissez cuire 3 minutes en mélangeant. Rajoutez le poivre, persil, jus de citron et la crème fraîche. Laissez sur le feu encore 3 minutes en mélangeant. Mettez les pâtes par dessus et mélangez bien. Bon appétit!

Soupe aux poireaux

Une soupe saine à base de poireau qui est peu calorique et très riche en fibres. Le poireau est efficace si vous voulez perdre du poids car il vous donne rapidement une sensation de satiété.

Ingrédients: 1 petit poulet, 2-3 poireaux coupés finement, 2 litres d’eau ou de bouillon de poulet, 2 cuillères d’orge perlé, 2 feuilles de laurier, 10-12 pruneaux Pour les boulettes :

  • 2 cuillères de flocons d’avoine
  • 2 cuillères de chapelure
  • 2 cuillères de farine
  • 25 g de beurre
  • 1 cuillère d’eau
  • Thym, sel, poivre

Méthode: Dans une casserole mettre le poulet avec l’eau ou le bouillon, le sel et le laurier, d’abord à feu vif puis à petit feu après ébullition. Enlever la mousse régulièrement. Après 45 minutes enlever le poulet, jeter la peau et dépecer la viande. Ajouter dans la soupe toujours sur le feu la viande, le poireau, l’orge, les pruneaux et laisser encore 15-20 minutes. Pendant ce temps préparer les boulettes: mettre tous les ingrédients dans un robot ou sinon préparer à la main une pâte et faire des petites boulettes que vous rajoutez dans la soupe et laissez encore 15 minute. Rajouter de l’eau si c’est trop épais. Avant de servir ajouter du persil haché. Bon appétit!

Beignets aux carottes, patates et patates douces

Une recette simple et saine pour prendre du poids :-). Si vous ne voulez pas prendre du poids, remplacer les patates avec des courgettes ;-).

Ingrédients: 1 grande patate douce, 2-3 pommes de terre (ou courgettes pour la variante légère), 2 carottes, 2 œufs, 150 g farine, 1 sachet de levure.

Méthode: Éplucher les patates, laver et couper-les en petits morceaux. Mettre les patates dans une casserole et les couvrir d’eau. Laissez les cuire pendant 15 minutes après l’ébullition. Mettre les légumes dans le robot, rajouter les œufs et 4 cuillères de jus de cuisson et mélanger. Rajouter la farine et la levure. Dans une poêle avec de l’huile chaude, plongez des cuillerées de pâte. Laissez frire 3 minutes et ensuite retournez. Sortez-les sur du papier absorbant. Bon appétit!

Foies de volailles aux ananas et salsifis

Une recette simple et saine :-). Attention si vous prenez des salsifis frais, pour les éplucher enduisez vos mains d’huile ou épluchez-les sous l’eau puisqu’ils collent!

Ingrédients: 1 ananas coupé en morceaux, 2-3 gousses d’ail finement coupés, 2-3 salsifis ou une petite boite de conserve, 1 poireau coupé finement, 1 oignon finement coupé, coriandre (frais ou en poudre), 150 g foies de volaille, muscade, gingembre, huile d’olives, 1 cuillère sauce soja.

Méthode: Épluchez les salsifis, lavez et coupez-les en morceaux (pour les préserver sans qu’ils s’oxydent, les mettre dans une eau citronnée). Pelez l’ananas et coupez en morceaux. Chauffer l’huile dans une poêle et plonger les foies. Laisser quelques minutes de chaque côté et ensuite rajouter l’oignon, le poireau et le salsifis s’il est frais (en boite il faut le mettre à la fin). Laisser cuire en mélangeant et rajouter l’ail. Après 2 minutes rajouter l’ananas, la sauce de soja, les épices. Laisser 4-5 minutes tout en mélangeant. Rajouter le salsifis et laisser encore 2 minutes en mélangeant. Bon appétit!

Crevettes aux légumes

Une recette simple, saine et délicieuse :-).

Ingrédients: 250 g crevettes, 1/2 petit potiron coupé en cubes, 2 courgettes coupés en cubes, 2 carottes coupées en rondelles, 1 poireau coupé finement, 1 oignon finement coupé, 2-3 oignons verts finement hachés, 1 poivron rouge, quatre épices, 1 cuillère farine, huile d’olive, 3 cuillère de sauce soja, 1 cuillère de miel

Méthode: Dans une poêle faire chauffer un fond d’huile d’olive et mettre l’oignon pendant 2 minutes. Ajouter ensuite les carottes et le potiron tout en mélangeant pendant 5 minutes . Rajouter l’oignon vert et les courgettes et continuer à mélanger jusqu’à ce que le potiron commence à se ramollir. Sortir les légumes dans un saladier. Remettre un fond d’huile et mettre les crevettes en mélangeant pendant 3-4 minutes. Rajouter à la sauce obtenue du miel, sauce soja, épices et farine. Laisser encore 2 minutes et bien mélanger. Rajouter les légumes du saladier et le poivron coupé en lamelles. Laisser encore 4 minutes tout en mélangeant de temps en temps. Bon appétit!

Gâteau léger aux pommes

Une recette saine et délicieuse, prête en 10 minutes (+15 minutes au four) :-).

Ingrédients: 5 pommes coupées en tranches moyennes, 10 cuillères de farine, 3 cuillères sucre de canne, 4 cuillères d’huile d’olives, 2 œufs, 1 petite cuillère de cannelle en poudre, 1 sachet de levure

Méthode: Dans un robot mettre tous les ingrédients sauf les pommes et mélanger. Mettre les pommes dans un plat qui va au four beurré ou huilé et verser au-dessus la pâte du robot. Mettre au four préchauffé, à petit feu 15-20 minutes. Bon appétit!

Salade d’okras et concombre

Une recette saine facile à faire pour profiter de tous les bienfaits des okras et du concombre!!!

Ingrédients: 200 g d’okras, 1 concombre, 2 gousses d’ail finement coupé, 4 cuillères d’huile d’olives, 2 cuillères de vinaigre, sel, poivre, muscade, 4 épices, quelques feuilles de persil hachées finement

Méthode: Laver les okras et couper les bouts. Mettre les okras dans une casserole avec de l’eau salée et vinaigrée bouillante. Les laisser cuire 15 minutes à petit feu, mi-couvert. Dans un saladier mettre l’ail finement coupé, l’huile d’olive, les épices, le persil et rajouter 4 cuillères d’eau de cuisson. Éplucher et laver le concombre et le couper en tranches dans le saladier. Rajouter les okras et mélanger.

Poulet aux pruneaux

Une recette saine et gourmande, bonne pour le transit intestinal.

Ingrédients: 3 blancs de poulet coupés en lanières, 10-12 pruneaux coupés en morceaux, 1 poireau finement coupé, huile d’olives, 2-3 oignons verts finement hachés, 1 poivron rouge, quelques feuilles de basilic finement hachées, sel, poivre, quelques feuilles de persil hachées finement, 3 cuillères de sauce soja, 1 cuillère à café de miel.

Méthode: Couper le poulet en morceaux. Faire de même pour le poireau, l’oignon vert, le poivron rouge et les pruneaux. Dans une poêle, verser de l’huile d’olive et faire chauffer. Ensuite ajouter l’oignon vert et le poireau. Après 2 minutes ajouter le poivron rouge et laisser mijoter 1 minute. Ôter le tout et mettre les légumes de côté. Rajouter de l’huile d’olive dans la poêle et, lorsqu’elle est chaude, mettre les morceaux de poulet à cuire. Laisser-les dorer sur un côté puis retourner-les sur l’autre côté et faites cuire 4 minutes. Rajouter 3 cuillères de sauce soja et une cuillère à café de miel, bien mélanger et laisser cuire encore 5 minutes. Ajouter les légumes cuits lors de la première préparation, puis les pruneaux et le basilic. Laisser le tout cuire encore 10 minutes. Servez avec des pâtes ou du riz. Bon appétit!

Posted on

Les trucs et astuces pour un ménage vite fait, mais bien fait

Pourquoi faire le ménage ?

À la base pour en tirer les mêmes bénéfices qu’avec le rangement.

Mais le ménage apporte une dimension supplémentaire. La propreté bien sûr. Une raison bien rangée peut être sale. Et même si cela ne se voit pas au premier coup d’œil, ne vous inquiétez pas cela se ressent et se sent.

Le ménage, c’est enlever la saleté et désinfecter. Cela permet ainsi de purifier sa maison, mais aussi psychologiquement de nous purifier. Ne pas se laisser submerger.
Les petits pas, rien que de petits pas. Si la maison a été oubliée depuis longtemps, procédez en commençant par les choses les plus visibles. Par exemple : la table de la cuisine pleine de miettes et de taches de gras, le dessus de la cuisinière, la télévision couverte de poussière et de trace de doigts. Et de jour en jour attaquer des points précis et moins visible au premier coup d’oeil, par exemple : bord des portes, poussières en haut des meubles.

En procédant ainsi, vous aurez des résultats immédiats et visibles vous motivant pour aller ensuite vers un ménage en profondeur de la maison.

Et comme je vous l’ai dit dans le chapitre sur le rangement, plus votre maison sera propre, plus son entretien en sera facilité. Car une maison propre attire le respect.

Les trucs et astuces pour un ménage vite fait, mais bien fait

l’objectif est de consacrer le moins de temps possible au ménage en adoptant un comportement, une discipline, des gestes qui deviendront des automatismes. Ceux-ci vous permettront d’être plus efficace et donc nettoyer mieux en moins de temps.

Astuce 1. Nettoyez de haut en bas La poussière tombe.
Pour ne pas faire le travail deux fois, respectez cette règle

Astuce 2. Ouvrez les fenêtres et aérez la pièce.
L’air extérieur est souvent plus sain qu’à l’intérieur. Cela permettra de chasser également la poussière que vous allez soulever.

Astuce 3. Avoir le matériel sous la main.
Apportez dans la pièce tout ce dont vous avez besoin pour faire le ménage, cela pour éviter les vas et vient incessant qui vont vous déconcentrer et détourner de l’action principale ‘NETTOYER’.
Pour cela, regrouper dans un bac plastique avec poignée les produits d’en-
tretien, éponge, chiffon, …

Astuce 4. Soignez votre matériel.
C’est nécessaire pour être efficace. Vous connaissez la devise ‘Un bon ouvrier entretient ces outils’.

Astuce 5. Ranger votre matériel immédiatement.
Pour ne pas perdre de temps à chercher, remettez vos outils et produits aux mêmes endroits. Vous venez de nettoyer avec un chiffon. Ne le déposer pas sur la commode, le remettre à sa place (bac de ménage, poche de la blouse, ..)

Astuce 6. Être concentré
Choisissez l’ambiance dans laquelle vous aimez travailler (Musique classique, techno, calme). Concentrez-vous sur le ménage. Ne vous laissez pas distraire par autre chose (allez voir ces mails sur l’ordinateur, aller téléphoner, ..). Si vous êtes du genre à papillonner, prenez le minuteur de la cuisine et positionnez-le sur 30 minutes et donnez-vous comme objectif de tenir cette durée.

Astuce 7. Économisez-vous
Établissez-vous un circuit au sein de la maison. Quand vous êtes dans une pièce, travaillez dans le sens des aiguilles d’une montre et ne sortez de la pièce que lorsque le ménage est terminé et la pièce propre.

Astuce 8. Ne pas laisser la ‘Saleté’ s’incruster.
Si vous avez commencé à nettoyer une surface, allez jusqu’au bout. S’il reste des taches ou si cela colle, continuez à nettoyer. Si vous rincez ou essuyé une surface mal nettoyée, la saleté sera plus dure à enlever la prochaine fois.

Astuce 9. Nettoyer que ce qui est sale.
Concentrez que sur ce qui est réellement sale. Ce n’est que lorsque votre maison sera définitivement propre que vous pourrez aller plus avant et traquer les petits détails.

Astuce 10. Choisir le bon produit
Si la saleté résiste, changer de méthode ou de produit.

Astuce 11. Dès que c’est propre, arrêtez-vous.
C’est net, cela brille, cela sent bon. La pièce est terminée. Vous continuez votre circuit

Posted on

Le top cinq des races de chiens citadins

1. Le Shih Tzu

Kaz/pixabay.com

Grands favoris, les Shih Tzus sont incroyablement robustes malgré leur petite taille. Leurs poils sont très longs, ils peuvent même traîner jusqu’au sol en raison de leurs courtes pattes, ils nécessitent donc un brossage régulier. En dépit de ce détail, les Shih Tzus sont de parfaits chiens pour citadins.

Les Shih Tzus sont des chiens d’origine tibétaine. Les premiers Shih Tzus à être introduits en Chine furent offerts aux empereurs et il est dit qu’ils assuraient aux souverains leur prestige. Leur histoire, pour le moins noble, leur donne une allure royale, souvent prise pour de l’arrogance, surtout en raison de leur truffe plate qui leur donne un côté adorablement snob. Ils se comportent en général bien et leur petite taille permet de les porter facilement. Ils ne présentent pas la tendance destructrice partagée par beaucoup de chiens.

2. Le Lhasa Apso

Sonja-Kalee/pixabay.com

Proche du Shih Tzu, les Lhasas sont très populaires. Ils sont également originaires du Tibet et ont le même tempérament royal que leurs cousins. Ils ne sont pas hyperactifs, et ne doivent pas être dressés à outrance. Les Lhasa Apso doivent être cependant brossés quotidiennement, comme les Shih Tzus.

3. Le Chihuahua

Lubov_ph/pixabay.com

C’est une race fascinante. Leur comportement est en parfaite contradiction avec leur petite taille ! C’est sans doute la plus petite race canine connue, mais ils ne s’en laissent pas compter et aboient gaiement sur tout ce qui bouge, des humains aux chiens beaucoup, beaucoup plus grands qu’eux, sans jamais reculer.

Les Chihuahuas sont certes de petites créatures grégaires, instinct qui les pousse à vivre en groupe, mais ils sont très réceptifs et s’adaptent aux demandes de leurs maîtres. Ils sont trop petits pour réduire votre maison en ruines, ce sont donc de parfaits choix pour une vie de citadin.

4. Le Carlin

VIVIANE6276/pixabay.com

Ils sont cousins des Bouledogues Américains et Anglais, mais ils sont plus petits, et loin d’être aussi féroces. Ils sont en fait très paresseux et préfèrent passer leurs journées à dormir, ce qui en fait de parfaits chiens d’intérieur qui n’ont pas besoin que l’on s’occupe d’eux à longueur de temps.

5. Le Labrador

Snap_it/pixabay.com

Un chien fait pour les grands sportifs, évidemment. Les Labradors font partie des races les plus intelligentes. Ils apprennent vite et ont un comportement des plus amicaux mêmes s’ils ne sont pas aussi sociables que les autres chiens sportifs.

Ils sont très réceptifs à la moindre marque d’affection sans pour autant devenir pénibles au point de tout casser dans la maison.

Les Labradors ont besoin de faire de l’exercice régulièrement. Une promenade quotidienne s’impose donc pour les garder en pleine santé.

En conclusion : les citadins n’ont pas à sacrifier leur amour des chiens parce qu’ils habitent en ville. Ils doivent simplement choisir une race qui convienne à leur style de vie.

Bien sûr, vous pouvez considérer d’autres possibilités, comme le Caniche, le Pékinois peu sportif, le Yorkshire et bien d’autres races

Posted on

7 Conseils de base pour la culture d’un potager bio sur le balcon

MabelAmber/pixabay.com

Si vous débutez dans l’art du potager sur le balcon, voici quelques conseils de base pour augmenter vos chances de réussite et avoir la satisfaction de récolter des légumes pleins de vitamines et savoureux, ainsi que des plantes aromatiques pour donner du goût à vos plats:

1.Choix du substrat à utiliser pour vos plantes

C’est un élément très important pour la croissance de vos plantes, mais qui doit aussi tenir compte de l’espace que vous allez aménager. Si votre potager est installé sur un balcon, alors vous ne pouvez pas utiliser un sol lourd comme la terre que vous trouvez dans le jardin d’à côté. Les terreaux pour plantes en pots vendus en jardinerie ou ceux libellés spécial potager et aromatiques en bacs sont bien plus légers et restent humides longtemps en diminuant ainsi la quantité d’eau que vous devez procurer à vos plantes. Si vous avez envie que votre jardin soit bio, lisez bien la composition du terreau avant d’acheter afin de vous assurer qu’il ne contient pas de composants chimiques. Vous pouvez trouver du terreau bio spécial potager et aromatiques en sac de 40L à une dizaine d’euros de la marque Botanic® par exemple.

Pour une croissance maximale des plantes, enrichissez votre mélange
d’un quart de compost. Si vous n’avez pas de composteur sur le balcon, vous pouvez vous en procurer en jardinerie ou dans une ferme bio proche de chez vous. Le lombricompostage est une technique parfaitement adaptée à un balcon dont nous allons parler un peu plus loin. L’utilisation d’un terreau biologique mélangé avec du lombricompost fabriqué par vos soins, permet d’obtenir de beaux légumes bios. C’est une méthode efficace, durable, permettant d’avoir un sol sain. Il faut rajouter du compost en surface tous 20 à 30 jours afin d’assurer aux plantes les nutriments dont elles ont besoin.

2.Utiliser un paillage…

…pour retenir l’humidité, limiter l’apparition des mauvaises herbes et mini-
miser les variations d’humidité et de température. Exemple de paillage: paille, écorces de pin, pouzzolane, etc.

3.Bien choisir les plantes…

…que vous allez cultiver dans votre potager bio en fonction de l’exposition de votre balcon, mais aussi de votre expérience, ainsi que de l’espace disponible. Certaines plantes vont se contenter de 4 heures d’ensoleillement, alors que d’autres vont avoir besoin de minimum 6. Vous allez trouver toutes ces informations utiles dans les fiches pratiques des plantes que vous pouvez cultiver dans votre potager sur le balcon ou la terrasse.

4.Associer les plantes en fonction de leurs caractéristiques

Certaines plantes sont des “plantes compagnes”, c’est-à-dire qu’ils vont protéger l’autre plante des nuisibles ou des maladies.En associant les bonnes plantes vous leur permettez de se protéger mutuellement.

Par exemple le cerfeuil et le thym va éloigner les limaces qui risquent d’endommager vos salades. Et ne pensez pas que cela ne vous concerne pas sur votre balcon du 4ème étage car les limaces ne se gênent pas pour escalader :-).

Un autre exemple d’association idéale est l’oignon et la carotte: le premier repousse la mouche de la carotte, alors que la carotte en fait de même avec la mouche de l’oignon.

Le basilic protège les tomates, mais aussi protège contre l’apparition du mildiou du concombre et attire les abeilles en favorisant la pollenisation.
La bourrache fait fuir les limaces et éloigne les vers des tomates.
La lavande éloigne les pucerons et attire les abeilles.
La capucine est efficace dans la lutte contre les pucerons et les mouches blanches. Elle protège bien les tomates et les carottes.
La menthe repousse les fourmis et les pucerons noirs

Une autre astuce pour éloigner les limaces est d’habiller les pieds et les côtes de vos tables de culture avec du cuivre qui va tenir les limaces à distance.

Ne mettez pas ensemble des plantes qui ont les mêmes ennemis comme par exemple la carotte, le persil et le céleri qui sont attaqués par la même mouche.

5.Protéger les plantes des courants d’airs

Trop de vent peut nuire à la croissance de vos plantes sur le balcon. Vous pouvez soit les protéger avec des paravents, soit avec des palissades en bambou ou encore en géotextile.

6.Mettre des étiquettes

Je vous conseille de mettre des étiquettes à côté de vos plants à l’endroit où vous planter des graines afin de vous rappeler ce que vous avez planté et surtout pouvoir suivre leur évolution. Vous pouvez acheter des lots d’étiquettes en plastique et y coller des autocollants. Vous pouvez aussi écrire au marqueur, mais il sera plus difficile de les réutiliser pour d’autres plantes par la suite ;-).

7.Étapes pour planter dans un pot / jardinière / bac

  • S’assurer que le contenant dispose d’un trou au fond pour drainer l’eau afin d’éviter la pourriture des racines;
  • Poser des billes d’argile ou des gravillons au fond du contenant pour assurer le drainage (sur 1/5e de sa hauteur);
  • Remplir le pot de terreau mélangé avec un quart de compost;
  • Si vous voulez planter des plants ou des légumes/plantes aromatiques que vous avez achetés, humidifier les mottes (en les plongeant dans une bassine d’eau) pour faciliter leur extraction du pot d’origine sans endommager les racines;
  • Détacher les racines à l’aide d’un transplantoir en creusant des sillons du haut en bas de la motte sans déchirer les racines;
  • Creuser un trou assez grand dans le terreau et placer le plant ou la motte verticalement. Rajouter autant de terreau que nécessaire et tasser doucement autour sans asphyxier la plante
  • Enfin arroser avec l’arrosoir en faisant attention de ne pas mouiller les feuilles.

Pour les plantes qui ont besoin d’un tuteur comme les tomates ou les concombres, n’oubliez pas de le placer à côté du pied de la plante. Attachez ensuite le plant de tomates au tuteur en utilisant du raphia sans serrer trop fort.

Posted on

Quelques Conseils pour surmonter l‘intimidation

wikimedia.org

l’intimidation et les enfants

Les cas d’intimidation des enfants sont en hausse. Parfois, les remarques et taquineries sont de nature normale. Mais parfois, il devient sérieux et a un profond effet sur la psychologie de l’enfant. L’enfant affecté peut devenir déprimé et un peu réticent à s’adonner à des activités normales de la routine quotidienne. Dans les cas graves, l’enfant peut être soumis à des violences physiques par des enfants entraînantes à des blessures et des contusions.

Habituellement, les plus faibles ou nouveaux élèves de l’école font l’expérience de l’intimidation. Ils se soumettent aux demandes des intimidateurs. Ils se blâment et plusieurs fois, ils se sentent gênés de signaler de tels cas, aux enseignants et parents.

De nos jours, la cyberintimidation est devenu la nouvelle façon de tourmenter les victimes. C’est fait par téléphone portable en envoyant des messages ou des appels. L’utilisation généralisée de l’internet sur les mobiles a assoupli les tâches des intimidateurs à la torture de leurs proies. Parfois, les intimidateurs répandent des rumeurs sur les victimes par l’intermédiaire de site de réseautage social qui démoralisent terriblement les victimes. Le but derrière cet acte d’intimidation est de dominer les faibles. Parfois, les intimidateurs n’ont pas une vie personnelle insatisfaisante à la maison. Le manque d’attention et d’amour à la maison font que certains enfants intimident les autres pour se sentir important. Pourtant, dans d’autres cas, les victimes mêmes font recours à l’intimidation d’autres enfants, car ils pensent que c’est approprié.

Ça devient le devoir des parents et les enseignants à comprendre les changements de comportement chez l’enfant et le soutenir. Ils devraient encourager l’enfant à partager son expérience quotidienne et exprimer ses émotions. De plus, ils devraient l’éduquer que ce n’est pas sa faute, mais c’est la faute de l’intimidateur qui agit de façon abusive.

Les parents peuvent partager leurs expériences avec leurs enfants afin de les réconforter. Ils peuvent expliquer comment ils se sont sentis et traités avec ce type de comportement. De plus, ils peuvent lui apprendre à façonner son langage et comportement pour faire face à l’intimidateur.

Les intimidateurs répètent souvent leur comportement avec les enfants qui ne sont pas confiants ou suffisamment capables de traiter la situation. L’enfant doit apprendre à devenir confiant et sûr de sorte que l’intimidateur ne le domine ou ne le harcèle pas de plus.

Cependant, si l’intimidation devient sévère, ce n’est pas une sage décision de l’ignorer. Les parents devraient entrer en contact avec les enseignants et les conseillers scolaires pour étudier le problème et le résoudre. S’il est nécessaire, les parents de l’intimidateur doivent être informés de façon à ce que l’intimidation puisse être contrôlée à l’avenir.

Quelques Conseils pour surmonter l‘intimidation

Il n’y a pas de formule simple pour gérer un intimidateur. Vous devrez peut être essayer plusieurs stratégies avant de trouver ce qui fonctionne. Il est cependant essentiel de conserver la maîtrise de soi lorsqu’il s’agit de gérer un intimidateur, car un intimidateur est généralement à la recherche d’une réaction.

Comprendre tout ce que l’intimidation est – S’éloignez d’un intimidateur est le meilleur plan d’action. Les intimidateurs sont à la recherche du contrôle de vos émotions. En vous éloignant, vous montrez que vous êtes au contrôle.

Rapporter toujours l’intimidation à un adulte – l’intimidation peut souvent progresser à la violence physique si elle n’est pas déclarée. Les adultes ont plus de pouvoir pour aider et peuvent généralement retirer la situation sans que l’intimidateur sache qu’il/elle a été signalé.

Vous aurez peut-être à faire ceci plus d’une fois car les intimidateurs peuvent être répétitifs.

Développer un système de soutien avec des personnes qui n’intimident pas – pas – avoir des gens dans votre vie que vous pouvez trouver de l’appui et l’encouragement peut vous aider beaucoup. Trouver des amis qui partagent les mêmes intérêts et valeurs que vous. Partagez vos sentiments avec un parent ou un conseiller si les choses vont mal…

Ce Que Les Parents Et Les Enseignants Peuvent Faire Pour Mettre Fin A l’Intimidation

Vous ne pouvez pas le réaliser, mais vous pouvez jouer un rôle énorme dans l’élimination de l’intimidation pour un adolescent. En créant un environnement sans stress à la maison et à l’école, vous pouvez soulager l’anxiété associée à l’intimidation. L’intimidation est un problème très répandu et pourtant, il y a encore beaucoup d’idées fausses que les enseignants et les parents ont au sujet de l’intimidation.

Comment repérer les signes qu’un adolescent est victime d’intimidation

L’intimidation n’est pas toujours évidente pour les adultes, car il se produit souvent dans les couloirs ou en revenant de l’école. En général, les intimidateurs essaient de cacher leur comportement d’un adulte, non seulement cela, mais les victimes cachent souvent preuve en raison de la honte.

Prendre les mesures pour mettre fin à l’intimidation

Parlez à votre adolescent au sujet de l’intimidation – juste le fait de parler au sujet de l’intimidation avec votre adolescent peut causer l’anxiété à disparaître. Écoutez les sentiments de vos enfants sans jugement et être solidaire.

Limiter les choses qui vont à l’école – si votre adolescent est aux prises avec l’intimidation en raison de ce qu’ils ont, retirer alors le problème en envoyant un panier-repas au lieu de l’argent ou de laisser tous les gadgets tels que les téléphones et l’iPod à la maison.

Trouver de l’aide – Si votre enfant a peur d’un intimidateur, la dernière chose que vous voulez est pour eux de rater l’école sur la question. Assurez-vous que les enseignants et les entraîneurs sont au courant que votre enfant est victime d’intimidation. Aucun adolescent ne doit s’occuper de la situation seul.

Assurez-vous que votre adolescent n’est pas isolé Les adolescents qui ont un bon groupe d’amis sont souvent mieux équipés pour faire face à l’intimidation. Retrouvez encore plus de façons d’augmenter leur cercle social à travers des groupes ou des clubs.

Si vous cherchez de l’aide pour votre adolescent aux prises de l’intimidation et besoin de conseils communiquez avec l’un de nos coaches de vie. Ils vous fourniront les outils stratégiques pour vous aider à acquérir un système de soutien pour votre enfant et vous guider à travers les étapes pour reprendre le contrôle de la situation.

Posted on

7 Conseil pour installer un poulailler

giallopudding/pixabay.com

C’est très important que vos poules puissent vivre dans un poulailler. Si vous avez actuellement des poussins, ils auront besoin d’un endroit pour vivre quand ils seront assez grands. De nombreuses sortes de poulaillers sont disponibles, ce qui peut vous perturber pour le choix du poulailler qui convient à votre petit élevage familial. Peut-être que vous vous demandez si c’est mieux d’en acheter ou de le construire. Quelle taille convient ?Comment doit-il être ? Pour vous aider, voici quelques conseils que vous pourrez suivre pour définir l’environnement adapté à votre situation.

1.Choisir un poulailler assez spacieux

Lorsque vous allez choisir le poulailler pour vos poules, assurez-vous de choisir un poulailler assez spacieux. Chaque poule a besoin d’au moins 0.60 m² à l’intérieur du poulailler et un espace à l’extérieur de 0.60 à 1.20 m². Les races de poules plus grandes auront besoin de plus d’espace, alors que les petites Bantam se contentent de moins de place. Si vos poules n’ont pas l’espace nécessaire, elles peuvent alors se battre ou être malades. Si vous n’avez pas beaucoup de place pour un grand poulailler, pensez à un poulailler en hauteur, où vos poules voleront facilement en hiver. Si vous construisez un poulailler en hauteur, vous utiliserez au maximum votre espace. Si chaque poule a assez d’espace, la plupart des problèmes seront évités, comme l’agressivité et les coups de bec.

2.Le poulailler doit protéger des prédateurs

En choisissant le poulailler, rappelez-vous qu’il doit protéger vos poules et leurs œufs des prédateurs. Les chiens, les chats et les animaux sauvages peuvent tous être des prédateurs. En ville, il peut y avoir des ratons laveurs, des rats ou d’autres prédateurs qui vagabondent. Pour que vos poules soient en sécurité, le poulailler doit être entièrement clos et vous devez aussi vérifier la sécurité sur tout le bas du poulailler afin que les prédateurs ne puissent pas creuser pour y pénétrer.

3.Le poulailler doit offrir une protection contre les intempéries

Le poulailler que vous allez choisir doit aussi offrir à vos poules une protection contre les intempéries. La chaleur et le froid peuvent être des problèmes pour vos poules. Des études ont même démontré que les poules qui vivent au chaud pendant l’hiver produisent plus d’œufs. Un poulailler bien isolé gardera les poules au chaud ou vous pouvez utiliser des lampes chauffantes pour que le poulailler ne soit pas trop froid. Vous pouvez utiliser aussi des balles de foin comme isolant pendant l’hiver. Pour les poulaillers dans les régions chaudes, il est préférable d’avoir un poulailler à l’ombre pour qu’il reste frais.

4.Une bonne aération est indispensable

Bien sûr, vous ne pouvez pas oublier que votre poulailler doit avoir une bonne aération. Les oiseaux ont besoin régulièrement d’air frais. Vous trouverez facilement des poulaillers, ou vous pouvez aussi les construire, qui offrent une ventilation afin que le poulailler reste frais. Mais ne prenez pas des poulaillers où la ventilation créerait des courants d’air sur vos poules. Sans aération, des émanations provenant du fumier peuvent rapidement se produire dans le poulailler, aussi assurez-vous d’avoir assez d’aération pour que le poulailler reste sain. S’il y a de l’espace en haut du poulailler et de tous les côtés, cela aidera l’air frais à chasser l’air vicié.

5.Choisir le sol approprié

Vous devez aussi penser au type de sol adapté à vos poules. Pour un poulailler mobile, vous pouvez utiliser simplement le terrain. C’est suffisant si vous n’avez que quelques poules. Pour les poulaillers fixes le foin ou la paille conviennent, mais cela peut favoriser la présence de souris et de rats dans le poulailler et le rendre plus difficile à nettoyer. Le meilleur choix est un sol en ciment. C’est facile à nettoyer et cela n’attire pas les rongeurs. Vous pouvez recouvrir le ciment de foin ou de paille pour ajouter de la chaleur et pour absorber les excréments des poules.

6.N’oubliez pas les nichoirs et les perchoirs

Vos poules ont aussi besoin de nichoirs et de perchoirs. Les nichoirs doivent avoir une profondeur d’au moins 30 cm et une longueur de 30 cm. Les meilleurs nichoirs sont en bois mais ceux en plastique sont aussi convenables. Les nichoirs doivent être placés à 30 cm du sol et une petite passerelle aidera les poules à aller dans le nichoir. Si vous élever vos poules pour les œufs, c’est bien d’avoir des nichoirs où vous pouvez collecter les œufs de l’extérieur du poulailler, ainsi vous éviterez d’entrer dans le poulailler. Tapissez les nichoirs de copeaux de bois, de papier déchiqueté ou de paille, ainsi vos poules se sentiront à l’aise et les œufs seront en sécurité.

Les poules ont besoin de se percher pour dormir ; vous devez leur fournir des perchoirs dans le poulailler. Les meilleurs perchoirs sont des tiges de bois ou des traverses que vous pouvez facilement fabriquer. Vérifiez que vos poules peuvent s’y accrocher avec leurs pattes et s’y reposer confortablement. Évitez les perchoirs métalliques qui chauffent en été et sont froids en hiver.

7.Construire le poulailler, l’acheter ou utiliser une construction

Lorsque vous êtes prêt à installer un poulailler, vous devez décider soit de le construire vous-même, soit d’acheter un poulailler préfabriqué, soit d’utiliser une construction de votre jardin. Si vous avez un hangar, vous pouvez l’utiliser pour faire un beau poulailler. Vérifiez seulement que l’espace et la protection qu’il offre sont suffisants. Une autre solution est d’acheter un poulailler préfabriqué. Cela pourra vous faire économiser beaucoup de temps et vous éviter de la frustration, et cela peut être une excellente option pour votre premier poulailler. Bien sûr, vous pouvez aussi construire votre poulailler. Si c’est votre choix, achetez des plans de construction de qualité afin d’être sûr d’obtenir un beau poulailler pour que vos poules soient en sécurité et en bonne santé.

Pour prendre votre décision, considérez à la fois le temps investi et le coût des matériaux. Quelquefois c’est plus économique sur le long terme d’acheter un poulailler prêt à l’emploi. Vous devez aussi clôturer une zone avec du grillage de basse-cour autour du poulailler afin que vos poules aient un parcours à l’extérieur en toute sécurité.

Posted on

Quelques conseils pour simplifier sa vie et aller à l’essentiel

Pexels/pixabay.com

Nous compliquons beaucoup notre vie intérieure, mais nous compliquons aussi notre vie de tous les jours.

Nous compliquons par exemple notre vie matérielle. Vivant dans une société de consommation, qui pousse sans arrêt à acheter le dernier téléphone, la super machine à laver, le super ordinateur et la grande télé HD pour donner seulement quelques exemples qui nous font non seulement dépenser un argent fou, mais en plus encombrent nos maisons.

Acheter seulement ce dont vous avez vraiment besoin et pensez avant d’acheter

Un conseil que vous pouvez appliquer dans la vie de tous les jours et qui simplifiera grandement votre vie: “acheter seulement ce dont vous avez vraiment besoin et pensez avant d’acheter!” Ne croyez pas que vous le faites déjà puisque ce n’est pas le cas. Nous pensions aussi le faire puisque nous avons toujours bien géré notre argent aussi bien personnel que le budget des affaires que nous avons créées. Toutefois, nous avons pu constater lors des déménagements successifs que ce n’était pas le cas puisqu’à chaque fois nous avions tout un tas de choses qu’on donnait (cela au moins c’était bien puisque cela peut servir à d’autres), mais aussi beaucoup de choses qu’on jetait puisqu’elles n’étaient d’aucune utilité, ni pour nous, ni pour d’autres. Toutefois, cela ne nous a pas empêchés de continuer à acheter des choses inutiles. La pression de la société est grande et son influence aussi et nous sommes tous des petits “robots” qu’on manipule à longueur de journée même si on se force de croire le contraire et qu’on est convaincu que la pub n’a pas d’effet sur nous.

Lorsque nous avons vendu notre dernière maison, nous avons mis 6 mois pour la vider. Jamais nous n’aurions pensé que cela peut prendre si longtemps. Et je peux vous dire que nous n’avons pas traîné… Mais la quantité des choses qu’on accumule fait peur surtout lorsqu’on fait face à ce genre de changement: déménagement, liquidation d’une maison, etc. C’est aussi le bon moment pour prendre les bonnes résolutions et de rester vigilant pour ne pas recommencer :-). Nous avons réussi à le faire et je peux vous dire qu’avoir seulement quelques valises d’affaires personnelles simplifie grandement la vie.

Vous pouvez penser que vous n’êtes pas dans notre cas et que vous n’avez pas envie de déménager. Je vous dirai alors, est-ce que vous avez vraiment envie de jeter votre argent par les fenêtres en achetant des choses inutiles qui encombrent votre maison et qui ne vous servent à rien? Si vous n’avez pas de problèmes d’argent et que vous en avez trop, en effet, la question ne se pose pas. La simplification de votre vie doit se faire dans un autre domaine puisqu’elle a sans doute d’autres complications.

Simplifier vos relations d’amitié

Eh oui, on complique souvent nos relations d’amitié. On fait des choses dont on n’a pas toujours envie, on va voir des amis alors qu’on n’en a pas envie, on les invite pour ne pas se retrouver seuls, on ne dit pas ce qu’on pense pour ne pas leur faire mal, mais on n’en pense pas moins, on ne raconte pas nos sentiments, etc. Ce ne sont que quelques exemples de comment on complique nos relations d’amitié. Souvent, on ne réfléchit même pas à ce que c’est une relation d’amitié. On continue à considérer “amies” des personnes qui nous font mal depuis des années, des personnes qui ne se souviennent de nous que lorsqu’elles ont besoin de nous, des personnes que nous n’apprécions pas vraiment… La liste pourrait continuer mais chacun d’entre nous a une vision différente de l’amitié et je ne veux pas heurter les sensibilités de certains. Mon but est de vous montrer qu’on se complique souvent la vie en faisant des choses dont on n’a pas envie. Alors que si on limite ces choses, la qualité de nos relations augmentera, même s’il est fort possible que la quantité de nos relations diminue.

Simplifier votre relation de couple

pratiquer la vérité, pardonner, essayer de comprendre l’autre et ses réactions, se mettre à la place de l’autre, cultiver la communication et surtout construire une relation. J’ai écrit un autre livre à ce sujet dans cette collection: Comment construire une relation saine et durable d’amour ou d’amitié” où j’approfondis plus ce sujet.

Cultiver sa joie de vivre

La joie de vivre est en fait cette petite lumière que nous portons tous en nous, au plus profond de notre être et qui nous permet de nous réjouir “d’être” tout simplement. Elle nous permet aussi de traverser nos tempêtes intérieures, des agressions extérieures auxquelles nous sommes exposés. Cette petite lumière au bout du tunnel triomphe le plus souvent et nous donne l’énergie et l’envie de vivre et d’être heureux. Elle nous pousse en avant, nous aide à avancer et à surmonter les épreuves en nous rendant capables de faire face à l’angoisse, au stress et même à la mort.

La joie de vivre est en fait l’acceptation du monde et de la réalité dans lesquels on vit tels qu’ils sont et non pas comme on se les imagine ou comme on voudrait qu’ils soient. C’est aussi s’accepter soi-même tel que l’on est, avec nos qualités et nos défauts. Si on n’aime pas nos travers, il suffit de les changer, mais pour enclencher le changement encore faut-il conscientiser ces travers et les accepter.

Voir et accepter la réalité telle qu’elle est, sans refus, sans révolte et sans aigreur constitue déjà un pas vers soi-même et vers l’équilibre intérieur. Cela ne signifie pas ne pas avoir des sentiments ou des avis sur des faits, de ne pas souffrir, d’être insensible, mais de comprendre que la réalité EST.

La joie de vivre est un sentiment intime, une ouverture d’esprit à la fois vers les autres et vers soi-même, une conviction que la vie mérite d’être vécue, que toute épreuve sera dépassée. La joie de vivre se manifeste par la confiance en soi-même et dans la vie, par le détachement qui permet de surmonter les états de stress et de souffrance en les identifiant et en les laissant passer sans s’y attacher, sans les ressasser, sans les laisser entacher notre joie de vivre.

Une personne qui a la joie de vivre arrivera plus facilement à la sérénité puisqu’elle saura apprécier l’instant présent et lui accorder de la valeur, alors que d’autres vont passer à côté. Ne pensez pas que (re)trouver sa joie de vivre est difficile puisque ce n’est pas le cas. Bien au contraire, cela nous simplifie la vie.

Cet article n’est pas exhaustif et il y a plein de manières dont on peut simplifier plus sa vie, mais je peux vous assurer que dès lors que vous avez compris l’intérêt de la chose et après que vous serez passé à l’action, le chemin s’éclairera et vous trouverez tout(e) seul(e) les moyens pour simplifier votre vie. Cela commencera à faire partie de votre nature 😉 et vous allez acquérir de bons réflexes.

Je finirai avec un dernier conseil qui est en fait un proverbe roumain que j’ai eu du mal à comprendre lorsque je l’ai lu les premières fois: “Quand tu n’as pas ce qui te plaît, que te plaise ce que tu as”. J’ai imaginé qu’il s’agissait d’une résignation, car le peuple roumain a été souvent caractérisé par la résignation au long de son histoire et a hérité de cette caractéristique. Mais je me trompais puisque ce proverbe exprime une autre sagesse: lorsqu’on est content de ce qu’on a on simplifie beaucoup notre vie en nous permettant d’être heureux, serein. Lorsqu’on a des envies qu’on ne peut pas se permettre on se crée des frustrations, des regrets, des ressentiments qui nous compliquent la vie.

Alors simplifiez votre vie en étant heureux de ce que vous avez, car je suis sûre que vous avez plein de choses pour lesquelles vous pouvez vous réjouir! Vous allez petit à petit comprendre pourquoi arriver à la simplicité est tout un art qui demande patience, bienveillance, persévérance et une envie profonde d’être soi-même.

Posted on

Un chat en bonne santé de A à Z

Chiemsee2016/pixabay.com

Des oreilles au pelage en passant par la dentition, vous devez absolument prendre soin de votre animal pour qu’il soit en pleine forme et en bonne santé. Le b.a.-ba de l’entretien de votre compagnon.

B comme Brossage

Que votre chat soit à poils courts ou à poils longs, le brossage est une étape primordiale du bien-être de votre animal. Pour un animal à poils courts, nous vous conseillons de le brosser une à deux fois par mois avec une brosse douce. Pour un animal à poils longs, deux à trois fois par semaine, voire quotidiennement pour des races à la fourrure extrêmement fournie avec une brosse dure. Commencez par le dos en brossant votre animal dans le sens du poil, puis continuez par le reste du corps (flancs, ventre, queue…).

D comme Dents

Il existe des dentifrices pour chat très pratiques à utiliser car ils ont l’avantage d’être parfumés à la viande. Pas question d’utiliser une brosse à dents : munissez-vous d’un doigtier et brossez les dents de votre animal de manière très douce. En fonction de l’alimentation de votre félin, un brossage régulier (une fois par semaine) est conseillé. Prenez cette habitude dès son plus jeune âge.

E comme Épointage des griffes

Action de couper l’extrémité non vivante des griffes du chat, pour les rendre moins acérées et ainsi limiter les dégâts causés par d’éventuelles griffades. Mieux vaut les couper une fois par mois (voire 2 fois par mois si votre chat est plus âgé afin d’éviter l’accumulation de peau morte) en faisant attention à ne pas toucher la petite partie rose qui est extrêmement riche en terminaisons nerveuses et en vaisseaux sanguins.

G comme Gingivite

L’attaque par excellence des gencives généralement due à une mauvaise hygiène buccale (en particulier si des restes de nourriture restent collés ou si des bactéries sont présentes en trop grande quantité). Si les microbes rentrent dans la circulation sanguine, ils aboutissent à des gencives plus fragiles. Les symptômes d’une gingivite sont faciles à découvrir : mauvaise haleine, gencives rougies, tartre de couleur jaune ou marron sur les dents et bave. Un vétérinaire peut s’occuper des soins dentaires de votre chat.

L comme Laver

Si votre chat a été habitué dès son plus jeune âge à prendre des bains, c’est gagné. Sinon, armez-vous de courage et de patience, et faites couler un bain tiède. Il est important de mouiller progressivement votre animal afin de ne pas le brusquer et surtout de ne pas mouiller sa tête. Une fois que son corps est bien humidifié, passez à l’étape du shampooing. Rincez puis séchez votre animal soit à l’aide d’une serviette soit à l’aide d’un sèche-cheveux. Il ne faut pas abuser des lavages qui ont tendance à fragiliser votre animal.

M comme Mue

Il n’existe pas à proprement parler de phénomène de mue pour les chats : les poils des félins tombent pendant toute l’année. Cependant, l’automne et le printemps voient ces phénomènes augmenter en fréquence et en intensité. Ces deux périodes nécessitent donc des brossages plus réguliers en particulier pour les chats à poils longs ou à la fourrure épaisse.

N comme Noeuds

La plaie du brossage ! Il convient de démêler les poils à l’aide d’un peigne à dents larges afin de ne pas blesser votre animal lors du brossage. Si des matières sont collées dans la fourrure de votre animal et empêchent toute intervention, prenez des ciseaux à bouts ronds et coupez délicatement les poils collés. Les poils des chats tombent toute l’année.

O comme Oreilles

Il s’agit certainement de la partie la plus délicate à nettoyer car votre chat déteste qu’on lui touche les oreilles. Une seule solution, il faut délicatement tirer l’oreille vers le haut en maintenant fortement votre chat. Il est conseillé de mettre un peu de lotion nettoyante qui va ramener vers l’extérieur les impuretés puis les sortir délicatement à l’aide d’un long coton-tige.

P comme Plaque dentaire

Substance molle accumulée. Attention, c’est là où les bactéries se nichent et peuvent provoquer des infections. Un simple brossage régulier peut aider votre chat à se protéger. Si votre animal ne se laisse pas faire, il est toujours possible de lui donner des jouets ou de la nourriture solide qui lui permettront de mastiquer et donc de nettoyer naturellement ses gencives.

S comme Shampooing

Il est préférable d’utiliser un shampooing adapté aux chats car ils possèdent un pH idéal pour la peau de votre animal (les shampooings pour bébé ou pour les êtres humains sont donc à proscrire). Différents types existent en fonction de la race de votre animal et la fréquence de lavage. Les shampooings secs ainsi que le talc sont à éviter car ils ternissent le pelage du chat.

T comme Tartre

Quand votre chat a des difficultés à réaliser sa toilette, du tartre peut se déposer sur ses dents. Un lavage régulier avec une brosse à dents douce spécial félin peut l’aider à combattre ce petit désagrément.
Si vous arrivez à laver votre chat, utilisez un shampooing spécifique.